Skip to content

Jeff Koons, la transcendance du banal

Qui est Jeff Koons ? Ou acheter ses oeuvres d'art ?

Jeff Koons met au service de son art toutes les techniques artistiques à sa disposition pour conceptualiser les objets du quotidien et notamment les plus inattendus et les plus kitch. Il transcende avec brio la banalité du monde en créant des œuvres d’art surdimensionnées grâce à un style qui lui est propre.

L’illusion d’un monde parfait

Jeff Koons fait ses premiers pas dans le monde de l’art au début années 1980 avec la série The News. Ses premières œuvres contiennent déjà tout ce qui fera son succès et son originalité. Il transcende les objets populaires et kitsch du quotidien en les retranscrivant froidement et de façon démesurée dans des matériaux nobles comme le marbre ou la porcelaine.

C’est un plasticien de l’ordinaire qui façonne les objets de tous les jours comme un jouet d’enfant ou un canot de sauvetage en les agrandissant et en les sublimant jusqu’à la perfection. Ensuite, il expose crûment à la vue de tous son interprétation froide et colossale de ces objets que l’on ne remarque pas d’ordinaire.

Ces œuvres nous incitent à regarder au-delà des formes en nous montrant dans son jour le plus brutal et surdimensionné la banalité du quotidien afin que l’on s’interroge sur le (manque de ?) sens du monde qui nous est proposé.

Sa production hétéroclite et son style que l’on pourrait qualifier de « néo pop » propose toujours deux niveaux de lecture, l’un direct, simple et populaire et l’autre plus érudit et complexe. Ces deux visions sont scellées par l’opposition entre le kitch et la banalité des objets représentés, et la noblesse des matériaux et l’unicité de l’œuvre.

Nous ne pouvons pas contempler ses créations en restant indifférents et sans ressentir une fascination et parfois même un agacement qui nous emmènent toujours au-delà de notre imaginaire et nous interrogent.

Jeff Koons joue également avec les figures de la culture américaine comme Popeye, Hulk ou Michael Jackson qui servit de prétexte à la réalisation en 1988 de trois sculptures identiques.

Ces sculptures en porcelaine blanche et dorée s’inspirent d’une photographie du chanteur avec son singe Bubbles. L’artiste pose la question sérieuse de la quête d’identité dont cet artiste afro-américain a été l’archétype durant toute sa vie. C’est aussi paradoxalement une façon de rendre un hommage à la culture populaire américaine.

Balloon Dog

Jeff Koons met le plus grand soin pour créer ses œuvres et le temps de production des iconiques Balloon Dogs est d’environ trois ans. Ses sculptures reproduisent le moindre pli des ballons et derrière la simplicité apparente des œuvres se cache un travail d’orfèvre.

Les Balloon Dogs sont emblématiques de son œuvre par la transcendance d’un objet sans valeur et éphémère en une œuvre sculpturale démesurée et durable. Le choix de représenter des ballons noués par un clown pour les enfants n’est pas anodin. L’artiste a voulu, d’une part, rendre hommage à son fils qu’il ne voyait plus depuis son divorce et à la paternité et, d’autre part, se saisir d’un objet anodin pour lui donner une dimension majestueuse et monumentale à l’image du papillon qui sort de sa chrysalide. La valeur intrinsèque d’un objet ne dépend pas de son apparence et de ce qu’il représente, mais de sa matérialité et de l’intérêt qu’on lui porte.

Cette œuvre, qui est certainement la plus connue de toutes celles créées par l’artiste, a été déclinée en cinq couleurs. Un Balloon Dog orange a été vendu aux enchères pour 58,4 millions de dollars en 2013 par Christie’s à New-York. C’est la vente la plus élevée jamais réalisée par un artiste vivant.

Merci pour votre inscription

Vous allez recevoir un email de confirmation dans un instant. N’oubliez pas de cliquer sur confirmer mon inscription afin de finaliser votre inscription.